Aller au contenu

Le Parc d'Egmont et la Maison des jardiniers

24 septembre 2019

Le Parc d’Egmont a été rénové en profondeur grâce à l’initiative et à l’engagement du Quartier des Arts. 

Parc historique et intime situé entre la rue aux Laines, le boulevard de Waterloo et la rue du Grand Cerf, il a pendant plus de quatre siècles  partagé son histoire avec celle du palais d’Egmont dont il constitue une partie de l’ancien jardin.

Suite à un accord avec la ville de Bruxelles, le Quartier des Arts s’est chargé en 2001 de la restauration du jardin avec l’aide du bureau J.N. Capart, architecte-paysagiste et le mécénat de SUEZ, de l’architecte Michel Jaspers & Partners, de Fortis, et d’UCB pour le Passage de Milan. Le jardin étant classé, les travaux se firent en bon accord avec la Commission des Monuments et Sites. En décembre 2001 les clés du jardin restauré étaient remises au Bourgmestre de Bruxelles en présence de la reine Paola.

Pour enrichir la connaissance du jardin, le Quartier des Arts a fait effectuer en 2005 une étude historique par Xavier Duquenne ainsi qu’un inventaire dendrologique avec propositions de gestion par Martin Tanghe. Ces deux études ont été offertes à la Ville. Le Quartier des Arts a également apporté sa collaboration pour la restauration des statues, l’éclairage, la formation des gardiens sur l’histoire du parc, l’étiquettage des arbres remarquables…

Une équipe du Quartier des Arts garde un étroit contact avec le service des Espaces Verts qui veille à maintenir en parfait état ce jardin intime.

Depuis 2018, trois vieux arbres malades ont été abattus apportant air et lumière alentour et créant de la place pour la replantation. D’utiles panneaux didactiques ont été placés expliquant l’histoire du jardin, de son bati et décrivant la trentaine d’arbres remarquables. 

Il demeure quelques objectifs à réaliser : terminer la restauration de la Maison des jardiniers et intégrer dans le style du bâtiment son vilain appentis. L’on peut espérer que les jardiniers réintégreront leur local parfaitement aménagé fin 2019.                                                                                                       

Il reste à ouvrir le « Chemin de la Ville » qui prévoit un passage entre le Jardin d’Egmont et la rue des Petits Carmes à travers la cour de l’ancienne caserne. Ceci suppose que soient ouvertes les grilles à l’arrière du Palais d’Egmont. Le Quartier des Arts s’y emploie en nouant un dialogue avec la Ville, propriétaire du passage et les Affaires Etrangères, soucieuses de leur sécurité. Une grille latérale le long du Palais, semblable à celle séparant le Palais du parc, pourrait apporter la solution.